Logo Bresil21.tv
Inscription Newsletter Bresil21.tv
Reseaux Sociaux



 


Favoris et Partage

Bonjour et Bienvenue dans ce nouveau magazine alerte export du mois de décembre 2018. Au sommaire, les 24h Chrono de l’International, la “Team Export Ile-de-France” bientôt en place, un emploi sur sept dépend de l'export en Europe, en 2019, la France pourrait capter 28 milliards de plus à l’export, les lauréats des Trophées Export des Eco-Entreprises, et enfin le jouet traditionnel français a la cote à l’international.

Les 22 et 23 janvier 2019, rendez-vous pour la 13e édition des 24h de l’international. Organisé en partenariat avec TV5 Monde, l’événement sera diffusé sur le site internet de la chaîne, en direct, et abordera les problématiques de l’expatriation, création d’entreprise, vie quotidienne et différences interculturelles. Ces 24H seront émaillées de plateaux TV d'experts, de mini débats et de témoignages d'expatriés. Parmi les destinations traitées cette année, au cours des émissions qui réunissent plus de 3 000 000 d’internautes : Rio de Janeiro, la Martinique, Lisbonne, Toronto et Chicago, etc.

Comme tous les mois, profitez des conseils de Frederic Ibanez, fondateur de Alphatrad une société française spécialisée dans la traduction et l’interprétariat présente dans plus de 80 pays. Le sujet de ce mois-ci ? Quid de la négociation avec les entrepreneurs portugais ?

Elle sera opérationnelle dès le premier trimestre 2019. Six nouveaux collaborateurs de l’agence nationale Business France vont rejoindre très prochainement la vingtaine de conseillers sectoriels de la CCI Paris Ile-de-France, constituant ainsi la « Team France Export » francilienne. L’objectif ? Mutualiser les moyens afin de simplifier les démarches des entreprises de la région Ile-de-France et de ses huit départements, trop faiblement exportatrices. En effet, à l’heure actuelle, seulement 3 % des ETI et PME se consacrent à l’exportation. De façon concrète, la Team Export Ile-de-France associera sur le territoire francilien tous les partenaires de la région à savoir la CCI régionale (CCIR), l’opérateur public Business France et la banque publique Bpifrance pour mettre en œuvre un guichet unique d’accompagnement des entreprises à l’export.

Un emploi sur sept dépend de l'export en Europe. C’est le constat d’une étude de la Commission européenne fin novembre. Plus précisément, en 2017, les exportations de l'Union européenne vers le reste du monde ont « soutenu » 36 millions d'emplois, soit 66% de plus qu'en 2000. L'industrie concentre un peu plus de la moitié de ces effectifs. En France, 12% des emplois dépendent des exportations réalisées par les pays de l'Union. La Bulgarie (+312%), le Portugal (+172%) ou encore l'Irlande sont les principaux bénéficiaires des augmentations d'emplois liées à l'export au cours des années écoulées. L'Allemagne reste le premier exportateur européen, étant à l'origine de 8,4 millions d'emplois dans l'ensemble de l'Union européenne. Elle est suivie par le Royaume-Uni qui s'apprête à quitter l'Union (4,2 millions), la France (3,4 millions) et l'Italie (3,2 millions).

Les prévisions pour l’export s’avèrent de bonne augure pour la France. En 2019, l’Hexagone pourrait en effet capter 28 milliards de plus à l’international. Selon l’assureur crédit Euler Hermes, les plus importantes opportunités viendront des grands pôles économiques mondiaux : Etats-Unis, Chine et zone euro, dont les importations vont croître respectivement de 193 milliards de dollars, 161 et 260. En zone euro, le facteur de dynamisme de la demande sera l’amélioration du marché du travail et la résilience tant de l’investissement que de la consommation. Le secteur industriel, plus orienté services, avec une augmentation des dépenses de R&D, marketing et ventes, service clientèle et services financiers pourrait tirer son épingle du jeu, du fait de la digitalisation croissante de l’économie. Certains secteurs de l’industrie –automobile, métallurgie, sidérurgie- sont en revanche très exposés à un regain de protectionnisme.

A l’occasion du salon Pollutec, qui s’est tenu du 27 au 30 novembre à Lyon, L’Ademe, BPIFrance, Business France, le ministère des Outre-Mer et Reed Expositions ont récompensé les entreprises françaises à l’international lors de la 6e édition des Trophées Export des Eco-Entreprises. Parmi les lauréats ? Le prix bas carbone a été attribué à Enogia, une entreprise marseillaise spécialisée dans la conception, l’assemblage et la commercialisation de micro-centrales électriques à cycle Organique de Rankine (ORC), basées sur une technologie brevetée et innovante de micro-turbine, permettant de transformer en électricité les pertes thermiques issues de différents procédés. Le prix start-up a été remis à Green Creative, une entreprise industrielle française qui conçoit et fabrique une nouvelle génération d’équipements au service d’une meilleure valorisation des déchets. Le prix coup de coeur du jury est pour Quiet-Oceans, spécialiste de l’impact du bruit sous-marin sur la biodiversité. Félicitations à eux !

En cette période de Noël, l’occasion est donnée de faire un point sur le succès du jouet traditionnel responsable. Force est de constater que ce dernier a la cote à l’international. Parmi les favoris des consommateurs ? Les jeux de construction (+ 2 %) et la poupée (+ 5 %). L’électronique junior est en revanche en net recul, avec 37% de baisse entre octobre 2017 et octobre 2018. En tout, les marques françaises de jouet traditionnel, tels que Corolle, Smoby ou encore Jeujura, réalisent 40% de leurs ventes à l’export. Leurs atouts ? Un savoir-faire reconnu, avec une fabrication soignée, la garantie du respect des normes de sécurité et la prise en compte de l’impact écologique par l’usage de matières naturelles ou vertes, et le retrait de tout emballage superflu.

Toute l’équipe de News21 vous souhaite d’excellentes fêtes de fin d’année, en attendant de vous retrouver le mois prochain. Merci de nous avoir suivis !


Contenu de la vidéo : Bonjour et Bienvenue dans ce nouveau magazine alerte export du mois de décembre 2018. Au sommaire, les 24h Chrono de l’International, la “Team Export Ile-de-France” bientôt en place, un emploi sur sept dépend de l'export en Europe, en 2019, la France pourrait capter 28 milliards de plus à l’export, les lauréats des Trophées Export des Eco-Entreprises, et enfin le jouet traditionnel français a la cote à l’international.

Les 22 et 23 janvier 2019, rendez-vous pour la 13e édition des 24h de l’international. Organisé en partenariat avec TV5 Monde, l’événement sera diffusé sur le site internet de la chaîne, en direct, et abordera les problématiques de l’expatriation, création d’entreprise, vie quotidienne et différences interculturelles. Ces 24H seront émaillées de plateaux TV d'experts, de mini débats et de témoignages d'expatriés. Parmi les destinations traitées cette année, au cours des émissions qui réunissent plus de 3 000 000 d’internautes : Rio de Janeiro, la Martinique, Lisbonne, Toronto et Chicago, etc.

Comme tous les mois, profitez des conseils de Frederic Ibanez, fondateur de Alphatrad une société française spécialisée dans la traduction et l’interprétariat présente dans plus de 80 pays. Le sujet de ce mois-ci ? Quid de la négociation avec les entrepreneurs portugais ?

Elle sera opérationnelle dès le premier trimestre 2019. Six nouveaux collaborateurs de l’agence nationale Business France vont rejoindre très prochainement la vingtaine de conseillers sectoriels de la CCI Paris Ile-de-France, constituant ainsi la « Team France Export » francilienne. L’objectif ? Mutualiser les moyens afin de simplifier les démarches des entreprises de la région Ile-de-France et de ses huit départements, trop faiblement exportatrices. En effet, à l’heure actuelle, seulement 3 % des ETI et PME se consacrent à l’exportation. De façon concrète, la Team Export Ile-de-France associera sur le territoire francilien tous les partenaires de la région à savoir la CCI régionale (CCIR), l’opérateur public Business France et la banque publique Bpifrance pour mettre en œuvre un guichet unique d’accompagnement des entreprises à l’export.

Un emploi sur sept dépend de l'export en Europe. C’est le constat d’une étude de la Commission européenne fin novembre. Plus précisément, en 2017, les exportations de l'Union européenne vers le reste du monde ont « soutenu » 36 millions d'emplois, soit 66% de plus qu'en 2000. L'industrie concentre un peu plus de la moitié de ces effectifs. En France, 12% des emplois dépendent des exportations réalisées par les pays de l'Union. La Bulgarie (+312%), le Portugal (+172%) ou encore l'Irlande sont les principaux bénéficiaires des augmentations d'emplois liées à l'export au cours des années écoulées. L'Allemagne reste le premier exportateur européen, étant à l'origine de 8,4 millions d'emplois dans l'ensemble de l'Union européenne. Elle est suivie par le Royaume-Uni qui s'apprête à quitter l'Union (4,2 millions), la France (3,4 millions) et l'Italie (3,2 millions).

Les prévisions pour l’export s’avèrent de bonne augure pour la France. En 2019, l’Hexagone pourrait en effet capter 28 milliards de plus à l’international. Selon l’assureur crédit Euler Hermes, les plus importantes opportunités viendront des grands pôles économiques mondiaux : Etats-Unis, Chine et zone euro, dont les importations vont croître respectivement de 193 milliards de dollars, 161 et 260. En zone euro, le facteur de dynamisme de la demande sera l’amélioration du marché du travail et la résilience tant de l’investissement que de la consommation. Le secteur industriel, plus orienté services, avec une augmentation des dépenses de R&D, marketing et ventes, service clientèle et services financiers pourrait tirer son épingle du jeu, du fait de la digitalisation croissante de l’économie. Certains secteurs de l’industrie –automobile, métallurgie, sidérurgie- sont en revanche très exposés à un regain de protectionnisme.

A l’occasion du salon Pollutec, qui s’est tenu du 27 au 30 novembre à Lyon, L’Ademe, BPIFrance, Business France, le ministère des Outre-Mer et Reed Expositions ont récompensé les entreprises françaises à l’international lors de la 6e édition des Trophées Export des Eco-Entreprises. Parmi les lauréats ? Le prix bas carbone a été attribué à Enogia, une entreprise marseillaise spécialisée dans la conception, l’assemblage et la commercialisation de micro-centrales électriques à cycle Organique de Rankine (ORC), basées sur une technologie brevetée et innovante de micro-turbine, permettant de transformer en électricité les pertes thermiques issues de différents procédés. Le prix start-up a été remis à Green Creative, une entreprise industrielle française qui conçoit et fabrique une nouvelle génération d’équipements au service d’une meilleure valorisation des déchets. Le prix coup de coeur du jury est pour Quiet-Oceans, spécialiste de l’impact du bruit sous-marin sur la biodiversité. Félicitations à eux !

En cette période de Noël, l’occasion est donnée de faire un point sur le succès du jouet traditionnel responsable. Force est de constater que ce dernier a la cote à l’international. Parmi les favoris des consommateurs ? Les jeux de construction (+ 2 %) et la poupée (+ 5 %). L’électronique junior est en revanche en net recul, avec 37% de baisse entre octobre 2017 et octobre 2018. En tout, les marques françaises de jouet traditionnel, tels que Corolle, Smoby ou encore Jeujura, réalisent 40% de leurs ventes à l’export. Leurs atouts ? Un savoir-faire reconnu, avec une fabrication soignée, la garantie du respect des normes de sécurité et la prise en compte de l’impact écologique par l’usage de matières naturelles ou vertes, et le retrait de tout emballage superflu.

Toute l’équipe de News21 vous souhaite d’excellentes fêtes de fin d’année, en attendant de vous retrouver le mois prochain. Merci de nous avoir suivis !


Mots clés liés : 24 heures Chrono de l’international, Team Export Ile-de-France, Eco-Entreprises, Export, Alphatrad, Business France, CCI Paris Ile-de-France, Euler Hermes, Pollutec, BPIFrance, Noël, Corolle, Smoby Jeujura

Image pour les réseaux sociaux :
 
 
 
 
   

 

Nous Contacter 
 Bresil21.tv disclaims any responsibility for the content of infomercials and film coverage aired on Bresil21.tv