Logo Bresil21.tv
Inscription Newsletter Bresil21.tv
Reseaux Sociaux



 
Favoris et Partage

Le Brésil reculerait devant l’Accord de Paris pour lutter contre le changement climatique. C’est en tout cas ce que dénonce l’organisation internationale de protection de l’environnement Greenpeace. Le Brésil est également accusé de ne pas protéger sa forêt amazonienne. « Alors que la déforestation a augmenté pour la deuxième année de suite en Amazonie et qu’il est plus que jamais urgent de prendre toutes les mesures pour préserver la plus grande forêt tropicale du monde, le gouvernement brésilien conduit par Michel Temer envisage aujourd’hui d’amputer d’un million d’hectares une aire protégée dans l’État d’Amazonas », peut-on lire dans un communiqué de Greenpeace. En 2016, la déforestation dans l’État d’Amazonas a augmenté de 54 % par rapport à l’année précédente. Aujourd’hui, les zones visées sont situées dans une région stratégique où il reste des aires forestières intactes. « Elles sont aujourd’hui protégées, mais si elles sont ouvertes à l’exploitation, au déboisement ou à la construction de méga-infrastructures, de nombreux services environnementaux et une biodiversité essentielle seront perdus », indique Greenpeace.

Contenu de la vidéo : Le Brésil reculerait devant l’Accord de Paris pour lutter contre le changement climatique. C’est en tout cas ce que dénonce l’organisation internationale de protection de l’environnement Greenpeace. Le Brésil est également accusé de ne pas protéger sa forêt amazonienne. « Alors que la déforestation a augmenté pour la deuxième année de suite en Amazonie et qu’il est plus que jamais urgent de prendre toutes les mesures pour préserver la plus grande forêt tropicale du monde, le gouvernement brésilien conduit par Michel Temer envisage aujourd’hui d’amputer d’un million d’hectares une aire protégée dans l’État d’Amazonas », peut-on lire dans un communiqué de Greenpeace. En 2016, la déforestation dans l’État d’Amazonas a augmenté de 54 % par rapport à l’année précédente. Aujourd’hui, les zones visées sont situées dans une région stratégique où il reste des aires forestières intactes. « Elles sont aujourd’hui protégées, mais si elles sont ouvertes à l’exploitation, au déboisement ou à la construction de méga-infrastructures, de nombreux services environnementaux et une biodiversité essentielle seront perdus », indique Greenpeace.

Mots clés liés : Brésil, France, changement, climatique, forêt, Amazonie, Accord de Paris

Image pour les réseaux sociaux :
 
 
 
 
   

 

Nous Contacter 
 Bresil21.tv disclaims any responsibility for the content of infomercials and film coverage aired on Bresil21.tv