Logo Bresil21.tv
Inscription Newsletter Bresil21.tv
Reseaux Sociaux



 
Favoris et Partage

Retrouvez le billet d'humeur de Charles Henry CHENUT Avocat associé, Cabinet CHENUT OLIVEIRA SANTIAGO, Conseiller du commerce extérieur de la France

Au sommaire : L'ambiguïté de la situation économique

Après trois mois d’exercice du pouvoir, Bolsonaro sème le trouble dans le secteur économique. Pourtant, les milieux d’affaire avaient largement fait campagne en faveur du futur président, peut être en réaction négative contre le candidat de gauche mais, en tout cas, pas sur les fondements d’un programme économique de Bolsonaro, quasi inexistant.
A l’euphorie de libérer le secteur privé et de laisser l’entrepreneuriat s’exprimer sans contrainte, succèdent aujourd’hui l’inquiétude des marchés financiers et une chute de confiance des brésiliens envers leur nouveau président.
Ce balancier post électoral est classique – presque irrésistible, mais la réaction est ici particulièrement rapide. Et la lune de miel de Bolsonaro a été courte, très courte.
Restons sur le terrain économique. Les enjeux sont ici fondamentaux et urgents. Il en va de l’avenir du pays. Or Bolsonaro ne tient pas son super Ministre de l’économie qui menace déjà de claquer la porte – c’était prévisible ! Et le président n’arrive toujours pas à cimenter une coalition parlementaire pourtant nécessaire au passage de ses réformes. Là aussi, on le pressentait.
L’ambiance politique s’assombrit d’autant que les chiffres ne sont pas bons : baisse de la bourse, hausse du dollar, baisse de la croissance, hausse du chômage !
A cet horizon qui s’obscurcit, la communauté d’affaires continue pourtant d’y croire, notamment les entreprises françaises qui poursuivent leurs investissements dans les secteurs qui leur sont porteurs. C’est aussi au son du canon que l’on fait fortune … pourrait on penser !
Mais personne ne sait ce que l’avenir proche nous réserve … gageons simplement que les décisions salvatrices soient prises dans les prochains mois pour un pays qui en a plus que besoin.
La France, que le Brésil de Bolsonaro ne regarde plus vraiment, doit rester un partenaire privilégié.

Contenu de la vidéo : Retrouvez le billet d'humeur de Charles Henry CHENUT Avocat associé, Cabinet CHENUT OLIVEIRA SANTIAGO, Conseiller du commerce extérieur de la France

Au sommaire : L'ambiguïté de la situation économique

Après trois mois d’exercice du pouvoir, Bolsonaro sème le trouble dans le secteur économique.
Pourtant, les milieux d’affaire avaient largement fait campagne en faveur du futur président, peut être en réaction négative contre le candidat de gauche mais, en tout cas, pas sur les fondements d’un programme économique de Bolsonaro, quasi inexistant.
A l’euphorie de libérer le secteur privé et de laisser l’entrepreneuriat s’exprimer sans contrainte, succèdent aujourd’hui l’inquiétude des marchés financiers et une chute de confiance des brésiliens envers leur nouveau président.
Ce balancier post électoral est classique – presque irrésistible, mais la réaction est ici particulièrement rapide. Et la lune de miel de Bolsonaro a été courte, très courte.
Restons sur le terrain économique. Les enjeux sont ici fondamentaux et urgents. Il en va de l’avenir du pays.
Or Bolsonaro ne tient pas son super Ministre de l’économie qui menace déjà de claquer la porte – c’était prévisible ! Et le président n’arrive toujours pas à cimenter une coalition parlementaire pourtant nécessaire au passage de ses réformes. Là aussi, on le pressentait.
L’ambiance politique s’assombrit d’autant que les chiffres ne sont pas bons : baisse de la bourse, hausse du dollar, baisse de la croissance, hausse du chômage !
A cet horizon qui s’obscurcit, la communauté d’affaires continue pourtant d’y croire, notamment les entreprises françaises qui poursuivent leurs investissements dans les secteurs qui leur sont porteurs. C’est aussi au son du canon que l’on fait fortune … pourrait on penser !
Mais personne ne sait ce que l’avenir proche nous réserve … gageons simplement que les décisions salvatrices soient prises dans les prochains mois pour un pays qui en a plus que besoin.
La France, que le Brésil de Bolsonaro ne regarde plus vraiment, doit rester un partenaire privilégié.

Mots clés liés : Charles Henry CHENUT, Brésil, Bolsonaro, Economie, Chômage, Investissements, Dollar,

Image pour les réseaux sociaux :
 
 
 
 
   

 

Nous Contacter 
 Bresil21.tv disclaims any responsibility for the content of infomercials and film coverage aired on Bresil21.tv